Merci 2014! Bienvenue 2015!

Bonne-Année-2015L’an 2014 disparaîtra sous peu. Tantôt, l’an 2015 illuminera nos yeux. Faisons l’inventaire de ce qui nous a enrichis et surlignons de mercis les moments magiques de cette orbite solaire. Puis, lançons dans l’Univers les grains de possibles que nous souhaitons récolter!

Merci 2014! Le 31 décembre, je prends rendez-vous avec moi-même pour honorer les moments-phares de mon année. J’aime passer en revue ce qui m’a transformée. Mon agenda et mon journal de gratitude m’aident à me rafraîchir la mémoire. Voici quelques-unes des questions qui peuvent nous guider pour chacun de nos sept plans de vie.

Ma tête. De quoi ai-je nourri mon esprit? Quelles leçons ai-je apprises de mes tribulations? Comment s’est comporté mon mental?

Mon corps. Comment ai-je traité mon corps? Quels changements ont touché mon décor? Où se trouvent mes limites?

Ma famille. Ai-je transformé certains attachements? Quels détachements m’ont été demandés? Quelles découvertes ai-je faites?

Mon entourage. Quelles relations sont nées? Quels liens se sont coupés? Comment ai-je traversé la transformation?

Mon travail. À quels défis ai-je eu droit? Lesquels ai-je relevés et laissé tomber? Quelles percées ai-je vécues et fait vivre?

Mes finances. Ai-je rempli mes obligations? Quels gains et pertes ont jalonné ma route? Quels obstacles ai-je surmontés?

Mon coeur. Quelles prises de conscience ai-je faites? Comment ai-je alimenté ma flamme? À qui ai-je exprimé ma gratitude?

Ensuite, je revois mes anciennes visées et les annote selon ce qui est arrivé. Pour chaque fardeau et chaque cadeau, et toutes les personnes qui ont contribué à cette manne bénie, je dis merci.

En résumé, je peux vous dire que l’année 2014 fut totalement… magique! Dès janvier, l’épreuve informatique qui faillit avoir raison de ma détermination me permit plutôt d’atteindre une sérénité inespérée. Et la vôtre, en quoi s’est-t-elle démarquée?

Bienvenue 2015! Le 1erjanvier, je planifie les plantations de mes possibles. Enfin, je leur envoie toute ma gratitude!

Dominique Allaire Merci 2013C’est le cœur débordant de gratitude que je vous invite à saupoudrer, vous aussi, vos jours d’humour et d’action.

Surtout, sachez combien votre présence ici illumine ma vie!

Alors, disons encore une fois Merci pour tout à ce mémorable 2014! Et que la Magie soit avec nous en 2015!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

LUMINEUSES FÊTES! Bonne pige des cartes ICI & MAINTENANT

©2004-2015 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Publicités

Ne tirez pas sur le messager!

Ne tirez pas monkey cuteVieille comme l’humanité, cette expression désigne la tentation que nous avons, parfois, de vouloir nous débarrasser du porteur d’une nouvelle qui nous déplaît. Ayant plus qu’à mon tour confondu message et messager, j’eus l’occasion de vivre une expérience qui m’enleva pour de bon l’envie de passer à l’action.

Lors d’un voyage de formation, une collègue et amie me proposa d’aller visiter un musée en fin de journée. Selon elle, il se trouvait à quelques minutes à pied. J’acceptai de l’accompagner, malgré l’impression que nous étions plutôt loin.

Après une heure de marche, nous le trouvèrent… fermé! Mon amie était couverte de sueur. Et moi, j’avais les pieds couverts d’ampoules. Le retour en taxi se fit en silence.

Une fois à l’hôtel, je sortis une carte de mon sac. J’allais m’excuser d’avoir omis de m’en servir, quand elle s’écria : C’est ça! Tu veux me montrer combien je suis stupide! Tu es exactement comme mon ex-conjoint! Il aimait m’humilier. Il disait qu’un singe était plus malin que moi.

J’en eus le sifflet coupé net. En pleurs, elle disparut dans l’ascenseur, me laissant seule avec ma honte. Était-ce vraiment mon intention? Pourquoi tirait-elle cette conclusion?

Le lendemain, elle accepta d’en parler. Avec sa bénédiction, voici la percée dans notre confusion. Elle m’avoua avec émotion : Je ne veux plus jamais qu’on me fasse sentir stupide. Je vais le dire à tout mon entourage. Y compris mon prochain amoureux. S’il me fait sentir stupide, ce sera terminé, nous deux.

Le nez humide, je lui expliquai : La bonne nouvelle, chère amie, c’est qu’en matière de stupidité, tu connais déjà mes spécialités. La mauvaise, c’est que ton amoureux peut, lui aussi, te faire sentir stupide, malgré tout son amour, comme je l’ai fait, malgré toute mon affection. Dis-moi, se pourrait-il que ce qui t’a fait si mal, c’est de sentir cette vieille blessure, cette douloureuse perception que j’ai touchée sans le savoir? Et que tu peux appeler humiliation ou tout autre nom?

Rassurée, elle accueillit cette possibilité. Puis, les yeux bien épongés, elle conclut avec tendresse : Je le sais. Cette blessure m’appartient. C’est la peur d’être blessée qui me fait réagir. Je comprends soudain pourquoi je suis une célibataire endurcie. Je vais m’en occuper. Merci pour le message, mon amie.

L'amour messagerComme elle savait où se trouvait le danger, son amoureux pouvait maintenant arriver… en toute sécurité. Vive la distinction entre message et messager!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Le lion qui se pensait en cage

Lion en captivitéConnaissez-vous des gens qui se plaignent constamment? Aimeriez-vous savoir ce qui les motive? M’étant lamentée plus souvent qu’à mon tour et apprenant à briser l’engrenage, je me sens bien placée pour vous en expliquer les rouages. C’est le lot de tout lion qui finit par comprendre que sa prison est une illusion…

Il me vient à l’esprit cet ancien collègue qui sonna un jour à ma porte.

Désespéré, il m’implora de lui prêter main forte. Je le priai de se confier. Il déclara que sa femme venait de le quitter : Elle m’a rejeté, humilié, trahi! Puis, il se délesta d’un monticule de frustrations réprimées depuis des années.

Après l’avoir écouté s’épancher abondamment, je lui dis avec tout mon amour : Merci de m’avoir si bien décrit ta cage. Maintenant, que dirais-tu de me parler du lion en toi? J’eus pour réponse un silence long comme ça…

Un mois passa. Le téléphone sonna. C’était lui.

Il prit deux instants de mes nouvelles, puis relâcha son fardeau. Son associé venait de le quitter : Il m’a rejeté, humilié, trahi! Après avoir accueilli son volubile récit, je lui dis : Merci de m’avoir si bien décrit ta cage. Maintenant, que dirais-tu de me parler du lion en toi? Pour toute réponse, il s’excusa et raccrocha poliment.

Six mois plus tard, je le croisai sur le trottoir. Il n’avait pas meilleure mine. En fait, comme il avait déjà servi dans l’armée, j’eus la réflexion qu’il avait une mine… anti-personnel!

Son air ne m’empêcha nullement de l’inviter à prendre un café.

Vous avez deviné. Eh oui! Il venait de se faire rejeter, humilier, trahir. Par contre, cette fois-ci, il était tout ouïe et voulut que je lui parle du lion et de sa cage. Émue, je lui expliquai ce qui suit.

Lion libre au vent

Lorsque je te regarde, c’est un lion puissant que je vois. Quand tu te plains et blâmes les circonstances, tu me décris les barreaux que tu fabriques avec tes jugements. C’est ta cage que je vois. Alors, afin de te rappeler ta puissance et ta liberté, je te demande de me parler du lion qui vit en toi. J’aimerais que tu entendes sa voix.

En signe d’approbation, il me fit un sourire grand comme ça.

Personne ne peut nous rejeter, nous humilier, nous trahir sans notre permission. Nos cages sont des mirages. Des horizons infinis nous attendent à un battement de cœur d’ici.

Savane africaine

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Une aînée en liberté

Une aînée en libertéAh… ha! Vous pensiez peut-être qu’il s’agit de bibi, cette aînée en liberté dont il est question ici. Eh bien, non! C’est plutôt ainsi que se nomme le blogue débordant de spontanéité que signe d’une main experte Francine St-Pierre. Cette sexygénaire au parcours pavé de réussites est une amie des plus colorées et une raconteuse d’une immense authenticité. Elle prouve de façon irréfutable qu’on peut réaliser nos rêves, quel que soit le kilométrage sur le tableau de bord de notre destinée.

Aînée et liberté, deux mots tout simples qui, une fois réunis dans une même existence, deviennent un exemple original et une invitation peu banale à écouter notre fantaisie et dire oui à nos envies.

L’autre soir, les yeux rêveurs, Francine me décrivait sa joie d’écrire sur des sujets qui lui parlent. Elle cueille ses anecdotes à même le jardin de son quotidien, sur le balcon du voisin, dans un spa parisien, durant une conversation, après un fort moment d’émotion. On reconnaît son œil de jardinière avertie à sa façon d’élaguer son récit pour ne laisser que de beaux bosquets de situations tantôt coquines, tantôt cocasses et, la plupart du temps, débordantes de tendresse.

Certains textes nous portent à réfléchir. D’autres n’ont pour seul but de nous divertir tout en libérant quelques rires.

Philosophe à ses heures, notre aînée friande de liberté adore se sortir de sa zone de confort, au risque même de choquer. Parce c’est, dit-elle, bien en-dehors des sentiers du connu qu’elle se sent vraiment vivante. L’idée de vous savoir en appétit de ses écrits ravive sa verve et la pousse à plus d’audace.

Dans quelques mois, elle nous charmera en direct du Costa Rica.

Son amour de l’écriture a un rival : sa passion pour la peinture. Vous avez vu le magnifique tableau qui enjolive le début mon article? Cette œuvre de Francine exprime à la perfection ma perception de la liberté. Il s’en dégage un petit brin de folie contagieux.

Francine et son Api

Qu’est-ce qui fait sa journée? Savoir qu’elle peut ajouter un plus à votre réalité. Mon doigt de fée me dit qu’il y a autre chose aussi.

Parmi ses bonheurs quotidiens, on retrouve sa fille adorée de l’autre côté de l’océan, sa filleule sexy, zen, happy et…

Sa petite Api. Nous les voyons à droite dans un moment cocon particulièrement mignon.

L’aînée en liberté vous attend sur son blogue chéri… avec son cœur grand comme l’infini!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Les belles histoires du pays d’en haut

Pays d'en haut imaginationVous connaissez mon irrésistible manie de faire des analogies. Si vous habitez du côté québécois de la francophonie, vous aurez aussi reconnu mon allusion au feuilleton qui porte presque le même nom. Ce pays singulier dont il est question siège au sommet de notre personne. En bons raconteurs que nous sommes, nous cultivons dans cette terre fertile les plus belles histoires qui soient. C’est du moins l’opinion de Byron Katie, femme d’exception qui ne se laisse plus impressionner par sa machine à penser.

En avril dernier, durant un atelier d’une semaine au Chopra Center en Californie, j’ai eu le privilège de l’observer en pleine action. Pendant plusieurs heures, elle nous a expliqué et démontré sa méthode, qu’elle appelle simplement Le travail (The Work).

Je vous la recommande, si vous avez l’intention de désamorcer les drames et autres bombes à retardement qui menacent votre sérénité. Pour ma part, j’ai été touchée par sa façon claire et bienveillante d’aimer ce qui est. Sa rencontre bénie m’a laissé en cadeau le goût de m’aimer davantage comme je suis, avec et sans les histoires que je m’invente à l’infini.

Après tout, le propre de tout humain n’est-il pas de se raconter sans fin?

Les belles histoires que nous racontons font de nous les personnes que nous sommes. Nous sommes libres de les exagérer et de les ridiculiser. Nous pouvons les perpétuer et y mettre un terme. Nous avons le droit d’en garder le secret et de les partager avec le monde entier.

Il nous est également possible de les réécrire. Voilà ce dont je raffole! Réécrire les chapitres de ma vie au gré des leçons apprises.

Voilà ce que j’ai retenu de ces enseignements de haute sagesse. J’aime les nombreuses façons dont je raconte mes expériences. J’aime l’évolution de mon personnage central. J’aime les rôles de soutien et les figurants. J’aime l’inventivité du narrateur. J’aime ses différents points de vue. J’aime les versions premier jet et les versions retravaillées. J’aime la gamme d’émotions que je me fais ressentir. J’aime être le bon public que je suis.

Papillons imaginationJ’aime tout ça et tout ce que je ne sais pas encore…

Par amour pour la vie qui nous a donné cette fabuleuse faculté, aimons les belles histoires du pays d’en haut que nous nous racontons chaque jour. Et par amour pour nous-mêmes, libérons-nous de celles qui nous ligotent les ailes, à l’image des papillons qui vivent les plus salutaires transformations.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

En ce mois de l’Action de grâce…

Chemin uniqueL’air frais nous pique les joues. Le vent d’automne nous chatouille les cils. La terre nous bénit de ses richesses. C’est le mois de l’Action de grâce. La saison rêvée pour s’offrir une pause-gratitude. Célébrons la providence de nos moissons. Revisitons cette immense propriété sans frontières, illimitée, que j’appelle notre vie. Ensemble, vous et moi, distribuons quelques mercis.

Merci à ce projet verdoyant qui a donné de si brillants résultats. Merci à cette idée mort-née qui nous a évité bien des tourments. Merci à ces rencontres amicales qui nous ont comblés plus que nous l’aurions imaginé. Merci à ces géantes prises de conscience qui ont transformé notre perception de l’existence.

Déambulant lentement dans les sentiers familiers de notre cœur, disons merci au souvenir de sourires radieux qui nous enveloppent d’une douce chaleur. Merci aux rires de loyaux camarades qui ensoleillent notre promenade. Merci aux fleurs d’un compliment qui se plaisent à parfumer quelques vieux souvenirs.

Le long du chemin, semons généreusement d’autres mercis ici et là. Merci à nos parents, nos amours, nos amis pour les innombrables heures combinées aux nôtres. Merci pour les échanges de secrets mutuels. Merci pour la joie de renaître des cendres de nos déceptions. Merci pour le bonheur de partager des repas épicés de complicité. Merci pour tout ce qui est donné et reçu sans qu’on ne s’y attende.

Il n’en faut pas plus pour reconnaître cette évidence. La grâce illumine en permanence ce lieu dont la mort ignore la présence.

Alors que je termine ma visite, je ressens une profonde certitude. Moi qui ne sais pas grand-chose, je sais pourtant ceci. La grâce m’habite à chaque instant. De la première pensée qui me vient à l’esprit jusqu’à celle qui s’accomplit, la grâce bénit chacun de mes pas. Que j’en sois consciente ou pas. La grâce accompagne chacune de mes actions.

Action de grâceJe vous l’avoue. De toutes mes actions de grâce, la plus difficile est de dire merci pour le ciel et pour l’enfer. Merci pour la beauté et la laideur. Malgré la douleur, le froid, la peur. Merci pour tout ce qui naît, vit et meurt. Même si j’ai envie de me révolter. Même si je tremble d’incrédulité. Même si je ne comprends pas pourquoi, je dis merci.

À cœur ou à raison, la grâce est notre fidèle compagnon. C’est l’amour en action.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Demandez et vous recevrez!

Demandez mains ouvertesIl est bien connu, ce dicton qui nous vient de l’apôtre Mathieu et qui dit en plus long ceci : Demandez et l’on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe. Voilà l’essentiel de la leçon qui m’attendait en avril dernier au Chopra Center, en Californie.

Ensemble, revisitons ce moment-phare de ma vie, en espérant qu’il jettera un peu de sa lumière sur la vôtre aussi.

Je participais à l’atelier Seduction of Spirit, qui durait une semaine. Le lundi matin, je m’empressai de choisir mon siège dans la salle où se trouvaient plus de 500 personnes. Pendant une bonne partie de l’avant-midi, les deux jeunes filles devant moi consultaient leur cellulaire et s’échangeaient des photos, en même temps que parlaient Deepak Chopra et ses invités.

Deux sentiments contradictoires m’habitaient. D’une part, j’avais le goût de leur exprimer ma frustration en leur disant qu’elles m’empêchaient d’entendre les conférenciers. D’autre part, je voulais faire preuve d’ouverture d’esprit.

La solution tant espérée se montra le bout du nez quand l’une des jeunes filles se retourna pour me demander d’enlever mon sac, qui était appuyé contre le dossier de son siège. Il l’importunait! Bien sûr, lui répondis-je. Et par la même occasion, j’en profitai pour lui demander si elle et son amie pouvaient fermer leurs cellulaires.

Chose demandée, chose reçue!

Ma voisine de gauche et celle de droite me murmurèrent d’une même voix un profond merci, assorti de soupirs de soulagement. Deux minutes plus tard, c’était la pause. Et voici ce qu’il y avait d’affiché sur les écrans géants : Par respect pour les autres, merci d’éteindre vos cellulaires.

Ah! mais je n’étais pas tout à fait sortie du bois, comme on dit par ici. La culpabilité s’amusa tout l’après-midi à envenimer ma quiétude. Dieu merci, le baume rôde près de la plaie. Après avoir médité là-dessus, je rentrai d’un pas lent à l’hôtel.

NamasteSoudain, une lueur de conscience inonda mon sentiment d’inconfort. Et j’entendis clairement ceci : Demande, ma Dodo. Demande. Chacun est libre de donner.

Le message évapora mes doutes.

Depuis ce moment béni, lorsque je sens la justesse d’une demande, je l’exprime. Simplement. Librement. Avec respect. Tout en sachant que l’autre est aussi libre que moi.

À chaque fois, je reçois des mains de l’amour un bouquet de sérénité en retour.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés