Le jeu de la transformation

Jeu de la transformationCherchant à vous offrir un jeu en ce début d’année, je confiai à une amie l’idée de ma loi universelle préférée. Elle acceptait volontiers le principe que rien ne se perd et que tout se transforme, mais pas du tout celui de rien ne se crée. Cette pensée était pour elle une véritable insanité. Loin de moi l’intention de lui causer le moindre préjudice.

Cette loi que j’adore nous vient du philosophe Anaxagore de Clazomènes.

Il y a deux mille ans, il énonça la Loi de la transformation en ces termes : Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau. Ô comme c’est beau!

Cette description plut d’emblée à mon amie qui tient, et c’est tant mieux, à sa chère créativité. Tout comme vous et moi, j’en suis persuadée. Car nous sommes tous des créateurs ou, comme je dis souvent, de formidables transformateurs.

Je lui expliquai aussi ceci : le fait de dire que rien ne se crée ne signifie pas que rien ne se crée pas dans les faits. Cela dit plutôt que rien n’apparaît de nulle part, du néant. Que tout existe déjà de façon réelle ou potentielle.

C’est le fameux « tout est possible ». Vous êtes toujours là? Super! Parfois, moi aussi, je m’y perds…

Ainsi, si nous poussons l’énoncé jusqu’au bout, l’on peut supposer que la perte n’existe pas du tout. Pas plus que le gain. Il ne s’agit au fond que de transformation.

Lorsqu’une personne, une situation ou une chose disparaît de ma vie, la loi me rappelle que celle-ci va bientôt apparaître sous une autre forme. Une vague d’émotions m’envahit alors. Et mes yeux, mes mains, mon être tout entier ont besoin de pleurer la forme qui ne sera plus. Inversement, la disparation peut m’apporter une libération.

Pourtant, une vérité éclaire ma réalité. Grâce à ce jeu, je peux accueillir plus sereinement les changements de toutes sortes qui m’arrivent. J’ai intérêt à m’y faire… Surtout que la vie ne cesse de me surprendre, comme vous vous en doutez!

Transformation du papillonAinsi, quand une forme disparaît, je m’applique avec beaucoup d’amour à trouver l’apparition de la nouvelle forme. Si vous saviez à quel point je me sens bien, chaque fois que j’y parviens! Voilà pourquoi je tenais tant à vous offrir ce jeu. Quant à mon amie…

Elle vient de commencer à en apprécier les bienfaits!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Publicités

Le grand oeuvre

Fille dans l'ombreQuel est donc ce grand œuvre aux propriétés magiques qui intrigue les esprits sceptiques? Une métaphore excentrique? Une hallucination hypnopompique? Une invention machiavélique? Une transmutation authentique? Gage de vie éternelle, il peut à lui seul changer le plomb banal en or génial. Agrippons bien notre baguette, complices magiques, nous allons célébrer notre fibre alchimique!

En cette époque où tout semble possible plus que jamais, est-ce réaliste de croire en cette illustre étoile? Quoi? Vous me demandez ça à moi? Bien sûr que oui, j’y crois! Et voici pourquoi.

C’est à y répondre que j’emploie le plus clair de mon existence. D’aussi loin que mes neurones me permettent de remonter dans le passé, je me souviens d’avoir voulu comprendre l’amour et ses rouages… Simples et compliqués!

Le grand œuvre de la transmutation comprend six étapes : la liquéfaction, la fusion, la distillation, la dissolution, l’évaporation et la purification.

Tout commence par ce ramollissement irrésistible devant mon âme sœur accessible. Mon être entier devient liquéfié en moins que rien, c’est certain. Puis vient l’étape où je me fonds dans l’autre à en perdre la raison. Nous sommes fusionnés jusqu’à satiété, comme les deux moitiés d’un même trophée.

Après mûre distillation d’opinions, nos corps et âmes officialisent leur union. Tôt ou tard, l’irréconciliation de nos différences amène la dissolution de nos alliances. Adieu, mon amour toujours!

Belles promesses et mots doux s’évaporent comme bancs de neige et flaques de boue au soleil de nos gros orgueils. Les terres ravagées de nos espoirs massacrés annoncent l’apaisante saison de la purification.

Ma tête en quête de répit rend visite à son vieil ami.

C’est alors que s’opère la véritable magie. Mes blessures, mes traumatismes, mes doléances trouvent accueil, réconfort, clémence.

J’entends raisonner une autre intelligence. Celle dont j’avais oublié la présence. Une petite voix d’une infinie patience. Une chaleur d’une douce bienveillance. Et tout ce que je croyais de moi immonde. Tout ce qui me faisait grimacer de honte. Tout en moi sent qu’on lui pardonne. Serais-je devenue une autre personne?

Magie de l'amourAu contraire, ma chère! Il s’agit de la septième étape. Celle qui à plusieurs échappe.

Elle résulte d’une longue et profonde transformation, que vous et moi connaissons.

Ce philtre prodigieux a l’unique pouvoir d’illuminer chaque battement de nos cœurs et chaque larme de nos yeux.

Essence sublime de toutes nos souffrances, c’est l’élixir de l’ultime recours. Il a pour nom l’amour.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2013 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Celui-que-rien-ne-peut-arrêter

Fleur-de-PissenlitDétendez-vous, amis d’Harry Potter, notre compère n’a rien à voir avec Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Celui qui m’active en cet instant les neurones s’imagine peut-être passer sous le radar. Pourtant, nul n’est plus bavard. Ô enquiquineur de nos heures, je t’ai en plein dans le collimateur!

Nous te devons les vagues d’émotions qui nous secouent, lorsque la vie défie nos perceptions.

Toi que rien ne peut arrêter, il nous arrive parfois souhaiter que tu prennes une pause. Pour nous donner le temps de souffler un peu. Et savourer ce qui est. Le conserver intact. Sans ton continuel tic-tac.

Serait-ce illusoire de vouloir t’arrêter? On peut rêver…

Quand tout va bien, j’aimerais tellement figer ma réalité dans le plexiglas de la perpétuité. Et empêcher l’inévitable… Comme ces personnes de mon entourage qui obéissent à l’appel de leur destinée et dont les chemins s’éloignent du mien.

Pourtant, quand tout va mal, comme tu es le bienvenu!

Je me suis longtemps demandé quel était ton nom. Le temps? La vie? La mort? Le changement? Le vieillissement? La justice? La maturité? L’éternité?

Tu laisses ta trace partout depuis ma naissance. Tu as transformé mes jeunes parents en un petit tas de cendres. Tu as fait germer en moi un trésor fabuleux qui évolue ailleurs en adulte heureux. Tu as réaménagé le paysage de mon corps, au point que je me demande parfois s’il m’appartient encore.

Tu as le pouvoir d’initier de merveilleux projets. Tu as planté en moi mille grains de possibles pour attiser ma curiosité. Alimenter ma vitalité. M’inspirer à me réinventer. Élargir mes horizons. Redéfinir mes perceptions.

wind-of-change-holly-kempeTu ne connais pas de repos. Quand tu es graine, tu te mets à pousser et deviens un arbre grandiose. Tu étales tes branches et tes feuilles dans tout l’espace dont tu disposes. Tu oses.

Sais-tu faire autre chose?

Toujours plus haut. Plus bas. Plus près. Plus loin. Plus chaud. Plus froid. Plus lourd. Plus léger. Macro. Micro. Portatif. Cellulaire. Tu crées et tu détruis. Des cellules et des maladies. Des trous noirs et des galaxies. Des claques et des baisers. C’est nécessaire pour assurer ta survie. Survie? Vraiment?

Transformation perpétuelleTu vis pleinement ta vie d’initiateur officiel du mouvement universel. Et tu assumes totalement ta mission. Sans te remettre en question. Dans un parfait abandon.

Alors, pourquoi ne pas suivre ton élan, nous, tes dignes enfants?

Tout en se rappelant l’essentiel : L’amour est une transformation perpétuelle!

 ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2013 Dominique Allaire – Tous droits réservés

Les mises à niveau

Mains avec technoLes inventions ont le don de localiser notre bouton de panique… et d’appuyer dessus! Ah! L’informatique! Exemple flagrant, pour ne pas dire frappant, des avantages qui viennent avec leur ballot d’inconvénients. Rejeton chéri de la déesse Technologie, elle nous simplifie la vie et nous l’encombre assez, merci!

À l’instar de nos caprices qui se moquent de la logique, elle nous a conquis, voire asservis, sans trop de résistance de notre part.

En fait, si. On résiste à l’occasion. Toute résistance étant futile, comme de raison. Car cette tortionnaire détestable distribue autant de plaisirs délectables. En dociles sujets, nous nous soumettons à son avalanche de nouvelles versions et mises à niveaux sans dire un mot. Ou si peu…

Quel talent pour nous frustrer et nous enchanter en même temps! Cette diva numérique a compris notre faiblesse. Regardez-la! Elle se fait mince, tactile, polyvalente, multicolore, irrésistible… indispensable! Impensable?

Oui. Et non.

Je me souviens d’une époque préhystérique où le mot windows signifiait simplement fenêtres en anglais. Où une souris était une bestiole qui rongeait nos tapis. Où le courrier voyageait au rythme d’un escargot. Où la haute vitesse était un rêve qu’on cochait sur une autobahn.

On n’habitait pas des cavernes pour autant! Notre dada, c’était le long terme. On achetait, se mariait, s’engageait pour la vie. Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui, alors que sévit le prêt-à-jeter.

Conjoint, emploi, maison, voiture, ordinateur, allez hop! Au recyclage! Sans trop se faire de soucis ni s’agiter le sourcil. C’est du moins l’impression qu’on aimerait donner. Mais pour l’œil avisé… pas besoin de HD! Ces changements rapides et successifs affectent grandement notre corps. Même ceux de nature technologique!

Oui! À preuve…

La semaine dernière, après une méga mise à niveau de mon univers techno, je me suis sentie courbaturée, vidée.  Tantôt, une amie géniale m’expliqua ceci : La mise à niveau entraîne un réajustement au plus profond de nos cellules, jusqu’au cœur de notre ADN.

L’énergie déployée par notre cerveau pour s’adapter au changement se répercute dans le corps au complet. Il a besoin d’un laps de temps pour intégrer dans ses circuits la transformation qui s’est opérée. Quelle que soit la forme de la mise à niveau : déménagement, union, séparation, prises de conscience, apprentissages.

Détente surtoutAlors, voici la prescription du docteur Dodo :

Se promener au grand air, recevoir des massages, faire des étirements doux, méditer et…

se détendre… surtout! 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2013 Dominique Allaire – Tous droits réservés

Vive le vent d’hiver!

Le vent du changementLe vent! Quels poumons! Quelle voix! Non visible et si puissant. Comme l’amour, quoi! Les voiles, petites et grandes, se tendent à son souffle. Les têtes joliment coiffées évitent son contact. Les champs de blé dociles ondulent sous ses caresses. Les jupes évasées dénoncent son audace. Les flocons se plient à ses chorégraphies. Et les feuilles mortes s’envoient en l’air, une dernière fois avant l’hiver.

Je me souviens d’une nuit, il n’y a pas si longtemps, où le vent s’était emporté plutôt allègrement. Au petit matin, je m’étais empressée de regarder le résultat de ses farandoles endiablées. Avait-il eu la bonté d’épargner mes arbres chéris?

Oui! Pommier, bouleau, érables étaient toujours au rendez-vous. Fiou!

Sauf que… Notre géant ventilateur avait fait du ménage lors de son passage. Sur le sol enneigé, des dizaines de branches gisaient inertes, tels de longs cheveux noirs sur de la céramique blanche après un bon coup de séchoir.

Devant ce consternant paysage, je me mis à clignoter des yeux pour éponger une montée d’émotions. Finalité, tristesse, dévastation. Puis, une pensée desserra le petit nœud qui se formait dans ma gorge : Ce qui est tombé était déjà mort. Ce qui est resté debout est vraiment fort!

Branches mortes

Je compris que le vent est à la nature ce que les épreuves sont à notre vie.

Les unes comme les autres nous arrivent pour ébranler nos croyances et nos valeurs. D’une part, elles élaguent ce qui est révolu et ce qui nous empêche d’évoluer. D’autre part, elles nous indiquent ce qui est sain et solide en nous, tout en nous montrant sur quoi nous pouvons compter.

Chaque défi nous offre l’occasion de dire adieu à ce qui ne nous convient plus, pour accueillir ce qui nous permet de nous épanouir.

À notre tour, nous sommes des agents de changement pour ceux et celles qui nous côtoient. Souvent, sans en être totalement conscients, nous invitons les autres à changer, au moment même où nous changeons, nous aussi.

Ainsi, notre monde se transforme à mesure que nous nous transformons.

Tout comme l’amour véritable, le changement est un vent bienveillant qui nous brasse et nous berce, nous secoue et nous caresse, sans discrimination et tout à fait gratuitement… d’ici jusqu’à la fin des temps.

Certains s’y habituent. D’autres, pas. Alors, juste au cas, attachons nos tuques!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Vous avez aimé? Réagi? Sourcillé? Souri? MERCI de laisser votre opinion!

Découvrez tous mes services au www.DominiqueAllaire.com.

Et mon tout NOUVEAU BLOGUE : PENSÉES D’AMOUR!

©2010-2013 Dominique Allaire – Tous droits réservés

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥