Vie privée, vie publique

Vie privée vie publiqueTantôt, étendue mais non détendue sur la chaise de ma dentiste, je pensais à ce que j’allais vous mettre sous la dent. Diversion passagère pour me distraire de ma bienveillante tortionnaire. Privée de l’usage de ma rhétorique, je songeais à la tribune publique que vous m’offrez d’une rive à l’autre de la vastitude océanique.

Privé. Public. Ma muse à moi se joue malicieusement de mes prédicaments.

Toujours est-il que je pensais à toutes ces fois qu’on m’accusa, à tort et à raison, les deux étant bons, d’étaler sans pudeur ma vie privée à tout preneur. Quelle idée! Quelle horreur! Vous plaisantez, votre honneur!

Rien ne sustente autant mon âme débogueuse que d’en épancher les réflexions cogiteuses. J’y éprouve un véritable bonheur. Un merveilleux émoi de vouloir mettre en mots ce qui palpite au creux de moi. Un soulagement divin de pouvoir décrire cette main qui cherche à toucher mon prochain.

Serait-ce en vain? C’est le contraire qui inéluctablement me soutient.

Me voilà donc à partager autour de moi les trésors que la marée universelle dépose chaque jour sur la plage de mon existence personnelle.

Comment garder pour moi ce coquillage d’enseignement si précieux à mes yeux? Je vous l’assure. À chaque nouvelle découverte, je dis merci pour ce qu’elle m’apprend. Et je pense au même instant à la remettre au suivant.

Moi qui suis si prude de mon corps, je perds toute pudeur côté cœur. Je n’hésite pas à révéler à une amie en difficulté mes pires travers pour la rassurer. Pour la mettre à l’aise avec sa propre réalité.

Et je souris quand on me parle de vie privée. Je souris parce que j’ai envie de poser cette question : Vie privée… privée de quoi?

Se pourrait-il que l’on garde pour soi ce dont notre vie nous semble privée? Privée d’air pour respirer. Privée de liberté pour s’exprimer. Privée de courage pour s’affirmer.

Vous savez, ce que l’on craint de révéler par-dessus tout, ce sont les peurs que l’on se fait en privé. Car une fois la crise terminée, le nœud dénoué, l’obstacle surmonté, on parle publiquement de ce qui nous avait coincés, ébranlés, secoués… avec un naturel désarmant!

Le monde est ma perleC’est ce que j’appelle l’acceptation du cadeau dans le fardeau.

Quant au bien-fondé de partager autour les perles qu’il m’inspire, mon entourage a la dernière réplique. Au fond, peu de nos moments privés sont dignes d’intérêt public.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2013 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Publicités

12 réflexions sur “Vie privée, vie publique

  1. Anou dit :

    Comme c’est joliment dit. Et comme je suis d’accord avec vous, autant je suis pudique de mon corps, autant j’adore partager mes sentiments et mes pensées surtout si elles peuvent aider autrui à avancer avec plus de sérénité.

    J’aime le  » privé de quoi » je n’y avais jamais pensé. Peut-être que si nous partageons notre coeur, c’est qu’il est plein d’amour?

    Merci pour ce beau texte de méditation. Il tombe pile poil en cette matinée douloureuse (douleurs chroniques qui m’obligent à garder le lit). Je ne crois pas au hasard et suis d’autant plus ravie de lire ce texte ce matin.

    À bientôt lors d’un prochain passage.

    Anou (Belgique)

  2. PINAUD dit :

    Merci pour tes cadeaux réguliers et du bien beau bon don que tu sèmes dans mes journées et je crois dans beaucoup d’autres.
    Heureuse de te connaître même si que virtuellement.
    Plein de bonnes choses!
    Madi

  3. Lisette Labrecque dit :

    On se reconnaît bien de ce texte…
    Eh oui, à quoi nous serviraient nos petites joies et drames quotidiens si ce n’est qu’à en retirer la leçon et à la partager!
    Soyons de notre temps, on vit dans un monde de communications, alors communiquons!
    Je t’aime Dodo les Coeurs,
    Lisette

  4. Francine St-Pierre dit :

    J’adore…
    Faisant facilement étalage de ce qui se passe à l’intérieur de mon être, je suis soulagée de te lire ce matin. Merci!
    L’autre côté de cette médaille, ai-je remarqué, les autres ont peur qu’on soit aussi libertine avec ce qu’on nous confie. Comme si notre non-pudeur pouvait s’étendre à autrui. Malgré cette folie il reste un brin d’intelligence.
    Bonne journée.

  5. Dodo♥ dit :

    Merci Anou!
    Peu importe ce qu’on fait, il y aura autant de gens qui seront choqués que de gens qui seront enchantés.
    Alors, pourquoi tant hésiter à révéler ce qui nous fait vibrer?
    À chacun d’exposer au grand jour ce qui lui tient à coeur! À cet égard, la Nature est un grand maître.
    Certaines fleurs poussent timidement à l’ombre des rochers. D’autres s’étalent sans gêne au beau milieu des prés.
    Au fond, tout est vraiment parfait.
    La fibromyalgie m’a enseigné à m’aimer comme je suis et à honorer les dons que l’amour m’a confiés.
    Prenez bien soin de votre coeur et ses élans!
    Dominique♥

  6. Dodo♥ dit :

    Merci Madi!
    Ta visite et ton commentaire me donnent le goût de continuer de partager!
    Passe une lumineuse journée à rayonner en public… et en privé!
    Dominique♥

  7. Dodo♥ dit :

    Oui, Lisette d’amour, communiquons!
    Toi qui adores partager, sais-tu combien j’ai hâte de lire ton premier livre?
    Il s’en vient pour bientôt, ce trésor?
    Je t’aime tout!
    Dodo les Coeurs♥

  8. Dodo♥ dit :

    Chère Francine,
    On tremble pendant des années avant de trouver le courage de s’afficher tels que nous sommes.
    Puis, le jour béni où ose enfin le faire, on s’aperçoit que c’est la chose la plus naturelle qui soit.
    Puissent les critiques et les louanges avoir sur notre élan l’effet d’un sourire d’enfant!
    Bizouxxx douxxx,
    Dodo♥

  9. Yves van Chestein dit :

    Allô.
    À la lecture assidue de ton blogue, je remarque l’utilisation de prédicament. Bien que j’use moi-même du terme à l’occasion, je le fais sachant que Robert et le Multidictionnaire n’ont pas encore eu la bonne idée de l’inclure dans leurs publications respectives. Tu le fais comme pionnière de la langue française?
    Yves van Chestein, M. Sc., ing. f.
    ZENith Présentations
    Conseiller et formateur en entreprise

  10. Dodo♥ dit :

    Allô à toi aussi,
    Ou devrais-je écrire « à l’eau »? Car le Web nous invite à nous tremper, n’est-ce pas?
    Ton intuition est bonne, cher Yves. J’ai utilisé le terme « prédicament » justement afin de te rendre hommage!!!
    Pour ce qui du Mini-Bob, tu sais depuis belle délurette que je rêve de voir l’un de mes néologismes en taquiner les pages!
    Une PIONnière qui aime autant les pions que les lampions, les scorpions et les champions,
    Dominique♥

  11. anou dit :

    Merci pour ton commentaire. Oui la Nature est un vrai cadeau de la vie qui, elle-même, peut se montrer merveilleuse.
    J’ignorais ou j’avais oublié que toi aussi tu avais la fibromyalgie. Quand je demande autour de moi « que vous a apporté la fibromyalgie? », la plupart me regarde comme une folle. A les entendre, leur vie est finie en quelque sorte.
    Moi, j’ai la chance d’avoir appris à gérer les douleurs, à accepter la maladie et j’ose dire qu’elle m’a appris beaucoup de choses.
    Bien sûr, j’ai perdu mon travail mais j’ai gagné en temps pour prendre soin de moi et partager ce qui m’emplit de bonheur tous les jours. Vie privée, vie publique… le partage est toujours un morceau de soi que l’on donne et qui devient un peu public….
    Prends soin de toi aussi, Dominique, et longue vie à ton blog que j’aime beaucoup.
    P.S. Je suis en train d’écrire un livre. Je me demandais si je devais le publier… Maintenant, je sais, peu importe ce que les autres diront. J’ai besoin de partager mon expérience privée en public…

  12. Dodo♥ dit :

    Anou,
    La maladie est le plus message le plus fort que notre coeur peut nous envoyer à travers notre corps.
    Accueillir le message et suivre sa sagesse est un cadeau que l’on se fait à soi-même.
    Quand la voix de notre coeur parle plus fort que toutes les voix extérieures…
    Et que nous acceptons de l’écouter et de suivre son élan, alors, nous sommes maîtres de notre vie.
    Le plus extraordinaire, c’est que l’on se rend compte alors combien les opinions sont des illusions…
    quand on entend enfin la voix de notre coeur qui jubile parce que nous rayonnons de tous nos feux!
    Dodo♥
    Péesse : Ton livre mérite d’être écrit et publié et partagé… par amour pour toi!

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s