Ces comptes qu’on joint

Les comptes qu'on jointDe tous les comptes que l’on peut partager à deux, celui qu’on joint avec un partenaire amoureux est souvent à la fois le plus exaltant et le plus périlleux. Examinons les transactions coutumières de cette jonction qu’on appelle communément le couple.

Dans un esprit qui se veut universel, tenons pour acquis que notre définition inclut les combinaisons homme-femme, femme-femme et homme-homme. Bon. Poursuivons.

Au départ de cette aventure, chacun possède son compte personnel de valeurs, de croyances et de talents. Chacun étale fièrement ses actifs, oubliant un instant de mentionner ses passifs.

Un confort s’installe bientôt dans ce libre-échange affectueux, où chacun fait des dépôts et invite l’autre à faire des retraits. Comme si nul ne craignait que sa marge de crédibilité ne lui soit un jour retirée.

Ainsi circulent en liasses autant de billets doux entre les amants.

Puis, les êtres procèdent à une combinaison de leurs avoirs qu’ils espèrent gagnante. Chacun et son autre acceptent de s’investir à parts plus ou moins entières et unissent leurs destins pour créer un compte conjoint.

Tout bascule alors dans une fusion mutuelle d’espoirs et d’opinions. Ce nouveau compte d’amour à deux semble sans fond.

Évidemment, le naturel revendique ses droits. Petit à petit, chacun révèle sa véritable identité. Tandis que l’un surveille ses intérêts, l’autre s’intéresse au solde. Soudain, l’un broie du noir et l’autre voit rouge. Vous devinez la suite?

Ne pouvant plus tolérer les promesses sans provision et autres formes d’insolvabilité, le partenaire déçu à répétition retire sa marge de manœuvre et ferme le compte. C’est la disette d’affection pour le conjoint pris à découvert.

Bienvenue ou pas, la séparation permet certains bilans intéressants.

Comme le fait de réussir à se débrouiller par nous-mêmes, une fois rendus grands. C’est la preuve que nous sommes plus riches que nous le pensions. Nous parvenons même à actualiser nos potentialités et à nous aimer sans compter. Nous avons les moyens de créer notre réalité.

À mesure que nos comptes arrivent à maturité, nous les fusionnons pour former un seul compte d’amour. Ça va de soi… Et nous disons adieu à l’endettement à risque, puisque nous disposons désormais d’un crédit infini.

Ces comptes qu'on joint équilibrés

Nous sommes prêts pour une relation où chacun y trouve son compte.

Voilà le guichet automatique auquel nous avons tous accès… sans nip ni carte en plastique! Entre vous et moi, quel tchique chic!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Publicités

Le génie des émotions

Le monde est neutre. Vraiment? Alors pourquoi toutes ces charges positives et négatives? Pourquoi ces vagues émotives? La coach de vie en moi s’applique à voir et faire voir les avantages et les inconvénients des personnes, situations et choses. Et l’ultime apothéose? Que votre génie sente sa puissance et ose!

Voici les points saillants de ma nouvelle conférence sur cet univers fascinant.

Toutes les médailles ont deux côtés égaux. Chaque personne, situation ou chose a un côté positif et un côté négatif. En deux mots. Des qualités. Et des défauts.

Bien sûr, nous savons que tout ce qui nous fait souffrir a la capacité de nous faire plaisir. Nous espérons avoir l’un sans l’autre. Pourtant, tout ce qui existe sur terre vient en paires. Avec son partenaire. Son contraire. Son frère.

Chaque côté comporte une charge. L’une est positive. Plaisir. Confiance. Liberté. L’autre est négative. Douleur. Peur. Culpabilité. Consciemment ou pas, nous faisons le choix de ne percevoir qu’un côté à la fois. Tel est notre droit.

Nous créons nos émotions à partir de nos pensées. Nos pensées sont fondées sur ce qui a de la valeur à nos yeux. Nous évaluons ce qui nous entoure à partir de nos perceptions. Avec nos sens, nous séparons le monde en deux.

Notre dispositif sensoriel fait des lectures personnelles. Il voit le beau et le laid. Il touche le chaud et le froid. Il goûte le doux et l’amer. Il sent l’odoriférant et le nauséabond. Il entend le mélodieux et le cacophonique. Attraction. Répulsion.

Nous produisons ainsi des charges émotives sur les sept plans de notre vie. Nos préférences et nos réticences sont réparties brillamment entre nos relations intimes, familiales et sociales, nos activités physiques, intellectuelles et professionnelles, et nos croyances spirituelles.

Nous évoluons dans l’espace-temps. Nos ingénieux scénarios se déroulent entre nos souvenirs passés, nos observations présentes et nos projections futures. Et dans de fabuleux décors intérieurs et extérieurs, entre ici et ailleurs.

Nous découvrons que la peur contient la confiance. Nous apprenons que la culpabilité cache la liberté. Nous parvenons à équilibrer nos perceptions. Nous sentons de nouveau notre puissance au centre de notre essence.

Par un miracle de la pensée, nous faisons une percée. Nous contemplons soudain la géniale unité. Le monde n’est plus divisé. En fait, il ne l’a jamais été.

Merci, mon cœur, d’unir ce que ma tête ne cesse de séparer!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Vous aimez beaucoup? Ou pas du tout? Merci de communiquer votre opinion!

Cliquez sur www.DominiqueAllaire.com pour votre PENSÉE D’AMOUR.

Merci aussi de partager avec vos amis. Encore? Cliquez sur NOS BOGS.