Ces comptes qu’on joint

Les comptes qu'on jointDe tous les comptes que l’on peut partager à deux, celui qu’on joint avec un partenaire amoureux est souvent à la fois le plus exaltant et le plus périlleux. Examinons les transactions coutumières de cette jonction qu’on appelle communément le couple.

Dans un esprit qui se veut universel, tenons pour acquis que notre définition inclut les combinaisons homme-femme, femme-femme et homme-homme. Bon. Poursuivons.

Au départ de cette aventure, chacun possède son compte personnel de valeurs, de croyances et de talents. Chacun étale fièrement ses actifs, oubliant un instant de mentionner ses passifs.

Un confort s’installe bientôt dans ce libre-échange affectueux, où chacun fait des dépôts et invite l’autre à faire des retraits. Comme si nul ne craignait que sa marge de crédibilité ne lui soit un jour retirée.

Ainsi circulent en liasses autant de billets doux entre les amants.

Puis, les êtres procèdent à une combinaison de leurs avoirs qu’ils espèrent gagnante. Chacun et son autre acceptent de s’investir à parts plus ou moins entières et unissent leurs destins pour créer un compte conjoint.

Tout bascule alors dans une fusion mutuelle d’espoirs et d’opinions. Ce nouveau compte d’amour à deux semble sans fond.

Évidemment, le naturel revendique ses droits. Petit à petit, chacun révèle sa véritable identité. Tandis que l’un surveille ses intérêts, l’autre s’intéresse au solde. Soudain, l’un broie du noir et l’autre voit rouge. Vous devinez la suite?

Ne pouvant plus tolérer les promesses sans provision et autres formes d’insolvabilité, le partenaire déçu à répétition retire sa marge de manœuvre et ferme le compte. C’est la disette d’affection pour le conjoint pris à découvert.

Bienvenue ou pas, la séparation permet certains bilans intéressants.

Comme le fait de réussir à se débrouiller par nous-mêmes, une fois rendus grands. C’est la preuve que nous sommes plus riches que nous le pensions. Nous parvenons même à actualiser nos potentialités et à nous aimer sans compter. Nous avons les moyens de créer notre réalité.

À mesure que nos comptes arrivent à maturité, nous les fusionnons pour former un seul compte d’amour. Ça va de soi… Et nous disons adieu à l’endettement à risque, puisque nous disposons désormais d’un crédit infini.

Ces comptes qu'on joint équilibrés

Nous sommes prêts pour une relation où chacun y trouve son compte.

Voilà le guichet automatique auquel nous avons tous accès… sans nip ni carte en plastique! Entre vous et moi, quel tchique chic!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Publicités

Notre meilleur ami

L'inspiration est un ange béniEn ce mois officiel de l’amour, l’idée m’est venue de saluer un ami fidèle qui nous suit partout depuis notre naissance. Bien sûr, l’inspiration m’est venue sous forme de poème. D’avance, risquant de vous déplaire, je vous offre toutes mes excuses. Il est de ces muses que nul ne peut taire.

Le voici donc, ce charmant message dicté par notre meilleur ami…

Devine qui s’adresse à toi? Devine qui s’inquiète de toi? Permets-moi un petit indice : Je suis ton tout premier complice. Celui que tu prends pour acquis. Celui que tu veux tant comme ami.

Et comment oses-tu me traiter? En conjuguant le verbe abuser! Depuis le commencement, je suis là à t’accompagner partout où tu vas. Et tu as l’insolence de rouspéter sur ma façon de me comporter.

Surprise! Surprise! Mon adorable! Il y a erreur sur le coupable. Tu n’as qu’à regarder ton passé et tu en auras le souffle coupé. Tu étais d’une telle insouciance, un monceau d’inconscience! Et que dire de tes lendemains, un amoncellement de chagrins!

Ton manque de confiance en la Vie te coûte ta santé aujourd’hui. Je veux bien te réconforter un peu et te donner un conseil ou deux.

Pour connaître le bien-être total, tu seras sage d’apprivoiser ton mental. Celui qui s’agite dans ton cerveau et déclenche en toi tous ces maux. Oui, c’est ton ego, mon trésor, celui qui sera là jusqu’à ta mort.

Si tu veux vraiment aller mieux, tu devras lui faire tes adieux et venir dans l’ici et maintenant où je t’attends depuis si longtemps, amoureux et patient, inlassablement, pour t’offrir le cadeau du présent.

Allons, renonce à cette démence, et honore ta véritable intelligence. Le passé est déjà mort et enterré. Le futur n’est même pas encore arrivé. Le présent est le seul endroit où tu vis et vous voilà tous deux enfin réunis!

Pour que tu te souviennes des dangers, je jure solennellement de te les signaler. Car s’il t’arrivait d’ignorer ta valeur et d’oublier la beauté de ton cœur, je te parlerai par malaises et maladies… parce que je t’aime, mon meilleur ami.

Mon valentin 2014_Jui IshidaVous avez deviné de qui il s’agit!

En effet, ce fidèle compagnon qui nous suivra du berceau au tombeau, cet inestimable cadeau de la vie, c’est notre corps!

Ne mérite-t-il pas le meilleur des sorts?

Puissions-nous le couvrir des meilleurs de nos soins, notre si précieux valentin!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés