La mémoire du coeur

Ma chouetteSi l’amour est un professeur, toutes ses leçons sont en forme de cœur. Puisque c’est son anniversaire aujourd’hui, j’aimerais vous parler de Tante Beth, mon maître à penser, et de la maladie qui l’afflige et dont j’ai tant appris. Même si une mémoire défaillante en a fait une fillette dépendante, rassurez-vous! Nous la gardons bien au chaud dans le nid douillet de notre affection.

C’est avec la permission de la famille que je peux vous en causer un brin.

Je me souviens du choc brutal qui m’a secouée, quand ma cousine m’annonça le diagnostic officiel. Quoi? Ma tante que j’adore, cette force plus grande que nature, atteinte d’Alzheimer? À 61 ans? Tu plaisantes! Moins de cinq ans nous séparent. Pourquoi suis-je la dernière à l’apprendre? J’aurais dû m’en apercevoir. Gros mots. Larmes. Bon…

Dans la tourmente de mes pensées, je reconnus sa voix rassurante : Ne t’en fais pas, ma chouette. Ça va aller. Nous, c’est pour l’éternité.

Si vous avez vécu ce genre de situation, vous avez probablement réagi comme moi : déni, colère, culpabilité, frustration, souffrance, dérision, tristesse, dépression, solitude, espoir, acceptation. Je viens de vous résumer les cinq dernières années…

Autant pour elle-même que pour ses proches, la maladie de ma tante comporte des aspects douloureux et réconfortants à la fois. Nous détestons la situation et, en même temps, nous aimons encore plus fort.

Celle qui s’est dévouée toute sa vie à servir les autres fait dorénavant l’objet de mille et une attentions. Celle qui nous enseignait le courage de nous tenir debout en nous secouant les ailes, nous enseigne maintenant le courage de tenir le coup en nous rappelant l’essentiel. Ses enseignements prennent désormais d’autres formes. Plus subtiles. Plus personnelles.

Grâce à elle, nous apprenons que la vie est imprévisible. Qu’elle nous réserve des surprises. Et que nous ne savons pas de quoi notre fin aura l’air. Nous apprenons comment accepter ce que nous ne pouvons pas changer. Et, surtout, qu’une épreuve traversée ensemble nous renforce et nous rapproche malgré les plumes qu’il en coûte et les inévitables silences.

Désormais, le mot présence prend d’innombrables sens.

La Déesse de l'hiver

Élisabeth chérie, ma presque sœur, ma vieille amie, alors que le voile blanc de l’oubli recouvre doucement toute trace de moi du paysage de ta glorieuse vie, sache que tu demeures bien vivante là où mon amour pour toi est infini. Dans la mémoire du cœur, aucun souvenir ne meurt.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

CONSULTEZ votre intuition avec les cartes ICI & MAINTENANT

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Publicités

Je me souviens

Lee Bogle_Je me souviensCette devise du Québec résume le souhait que nous portons tous en secret. Celui d’exister pour toujours dans la mémoire de nos amours. Aujourd’hui, je me souviens d’une amie d’enfance. Je me souviens de celle qui partagea mes premières prises de conscience. Elle vient d’accepter sa maladie : l’Alzheimer. Elle s’y adapte comme d’un handicap doux amer. Doux d’effacer ses doutes. Amer de disparaître goutte à goutte… Mais pas pour moi. Je me souviens de toi.

Je me rappelle cette fois où tu me dis te sentir inférieure à moi. Tu me confias : Dodo, moi, je ne suis qu’une simple fonctionnaire. Toi, tu possèdes un diplôme universitaire. La poitrine serrée, je m’empressai de te rassurer.

Que dis-tu là? Les études ne font pas de nous des gens intelligents. De bons perroquets, peut-être, mais pas des esprits indépendants. Toi, tu détiens un savoir qui ne s’enseigne nulle part. Tu as l’intelligence du cœur. Ce qui est très rare. Tu étudies à l’école de la vie. Celle qui cultive les vrais génies.

Ton sourire rayonnait d’un tel éclat. Il était plus brillant qu’un baccalauréat!

Pour comprendre ta situation, je me posai quelques questions. Par exemple, qu’est-ce que la mémoire? Est-ce de notre être l’unique reposoir? Est-ce de nos souvenirs le vulgaire dépotoir? Voyons voir.

Il y a la mémoire factuelle. Celle qui enregistre les faits tels qu’ils se produisent et répertorie les informations que nous collectionnons. Elle est objective.

Il y a la mémoire émotionnelle. Celle qui enregistre les émotions dont nous chargeons les faits et colorie nos perceptions. Elle est positive et négative.

L’une et l’autre composent nos souvenirs et nos projections.

Elles teintent le passé de désespoir et l’avenir d’espoir. Alors, qui est le héros de l’histoire? Une individualité qui se limite à des fichiers bien classés? Une entité qui se résume aux archives de sa réalité?

Hier, nous étions au restaurant. Bien sûr, ton regard perd de son pétillant. Oui, tu oublies des détails. Et puis? Je t’écoutais me parler de celle qui prend si bien soin de tes besoins. De tes enfants, petits et grands.

Lee Bogle_Stirring ThoughtsEt là, dans tes yeux un peu éteints, je vis danser une lueur. Éblouie, j’ouvris les bras de mon cœur pour accueillir ton amour et ta chaleur.

Tu vois, j’apprends encore de toi.

Il existe une mémoire inconnue de l’espace et du temps. C’est notre mémoire existentielle.

Elle se souvient de l’essentiel.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés