À main levée

La vie préfère présenter ses œuvres d’art dans la rue plutôt que dans les musées. Sa façon de recruter ses complices est d’ailleurs très spontanée. Prenons cette fois où je lui servis d’artiste dans la cour du Louvre. Ci-contre, une jeune fille photographie ses amis. Derrière elle, c’est moi dessinant à son insu un V avec les doigts.

Pourquoi? Eh bien, parce qu’elle avait besoin d’un petit coup de main.

L’ayant observée pendant un long moment à tout tenter pour parvenir à esquisser sur le visage figé de ces messieurs l’ombre d’un sourire radieux, j’avais écouté sans réfléchir un élan. D’où mon geste pertinent… ou impertinent!

En me voyant lever les doigts en cachette, ils pouffèrent de rire. Du coup, leur copine se fit joyeusement aller la gâchette : Clic! Clic! Clic! Sans se douter une seconde de mon intervention diabolique… ou angélique!

Je découvris plus tard que mon amie avait immortalisé ce que je vous décris.

Cette anecdote illustre la loi universelle qui veut que chaque appui se jumelle à son défi. En effet, notre demoiselle était si préoccupée par ce qui se passait devant elle, qu’elle ignorait complètement ce qui se déroulait dans son dos.

La vie lui envoya juste à temps le déclencheur qui permit à son obturateur de capturer les adorables sourires de ses camarades. Serait-ce la preuve que se faire jouer dans le dos est parfois une bonne chose?

Comme dirait le moulin, voilà encore de l’eau pour m’aider à moudre mon grain. Mon grain de sel quotidien… c’est certain!

J’irai plus loin. Non, nous ne sommes pas seuls sur cette terre.

La vie nous entoure constamment de partenaires. Étrangers ou familiers, ses assistants sont présents partout. Elle nous fournit, au bon moment, la bonne personne sur qui compter. Et même si notre paysage est encombré de peurs et de culpabilités, derrière ces blocages rayonnent la confiance et la liberté.

Vous en doutez? Alors, je vous invite à délaisser ce qui vous captive en ce moment pour regarder attentivement autour de vous.

Main levéeVous la verrez, cette âme prête à vous comprendre, vous écouter, vous entendre. Vous le sentirez, ce cœur prêt à vous montrer ce que vous pensiez avoir perdu à jamais. Car la vie et ses artistes aiment créer à main levée!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

4 Commentaires

Classé dans Bogologie

Des millions de soleils

Des millions de soleils_BlogueQuelle joie pour une coach de vie d’assister à la naissance d’une étoile! Enfin, son livre est disponible sur les tablettes de votre libraire favori. Tout commença quand Marilyne Petit me raconta l’histoire de Pier-Olivier, son jeune Jedi. J’étais éblouie par l’immense génie qu’elle déployait pour illuminer la vie de son fils, soumis à une terrible maladie depuis sa naissance. Là, mon cœur a bondi. C’était clair! Et je n’ai pas cessé de lui répéter : Écris! Écris! Écris! Maintenant, c’est mission accomplie. La Force est avec vous!

Une émotion m’enveloppe en tapant ces lignes. Je nous revois, elle et moi dans mon bureau, il y a presque un an déjà. Elle me résuma l’histoire de son fils et comment cette expérience l’avait amenée à devenir coach de vie. Puis, sans tout à fait y croire, elle m’avoua son rêve de l’immortaliser dans un livre.

Je lâchai un soupir de mi-bonheur mi-douleur en pensant à la folle aventure qu’est l’écriture.

Marilyne attendait ma réaction. Entre les lignes qui se formaient sur son front inquiet, je pouvais lire des questions comme… Comment finira cette expédition au cœur de moi-même? Saurai-je retranscrire l’essence qui m’habite? Aurai-je le courage, la santé, la foi d’aller jusqu’au bout? Et mon petit trésor, sera-t-il reçu avec tout l’amour que je lui aurai donné?

Étant auteure et coach d’auteurs, je savais que c’était chose possible. Étant en totale admiration devant sa phénoménale détermination, j’avais l’absolue conviction que c’était chose inévitable. Et sans plus attendre, je lui dis qu’elle avait mon indéfectible appui. Je venais d’embarquer dans sa folie!

À ce chapitre et selon l’expression, ses compagnons d’aventure seront légions!

Marilyne se prouva à elle-même combien elle a du talent. Jour après jour, une fois qu’elle s’était occupée de sa famille, elle s’enchaînait à son ordinateur. Pendant des mois, elle trempa sa plume dans l’encrier de son cœur. Elle dorlota son manuscrit comme si c’était son petit. Pour cela, je l’admire infini!

Chers lectrices et lecteurs, à votre tour de découvrir ce bijou d’amour!

Vous avez désormais accès aux anecdotes touchantes de la maman et aux outils puissants de la coach. Elles ont toutes deux le pouvoir d’éclairer les coins sombres de votre réalité et de nourrir la flamme de votre vitalité.

Des millions de soleils_FacebookMarilyne, merci pour tout!

Puisse le soleil radieux de ta brillante MISSION inspirer des millions de soleils à rayonner tout autant!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

Pigez vos cartes ICI & MAINTENANT à l’onglet AVEC DOMINIQUE.

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

Poster un commentaire

Classé dans Boguettes magiques

Un idéal d’amour conjugal

Le couple conjugal par ScottoÊtes-vous de ces gens qui, comme moi, ont une idée définie du couple idéal qu’ils veulent recréer dans leur vie? À regarder l’arbre dont je suis le fruit, c’est à mes parents que je dois cette image bénie. Ils ont su me montrer très tôt la beauté naturelle de l’amour conjugal.

Disons aussi qu’à l’époque où les papillons de l’adolescence commençaient à me chatouiller les sens, le peace and love était en pleine effervescence.

Grâce à la pilule contraceptive, mes parents pouvaient enfin s’adonner à leurs rapprochements affectueux sans craindre d’augmenter accidentellement leur progéniture. Maman voyait dans cette invention un gage de liberté, dont elle faisait l’éloge avec fierté.

Je me souviens de l’époque où nous avions un chalet à la campagne. Et notamment de ce samedi de juillet, juste après le lunch du midi. Il faisait un temps bucolique. Toute la famille était réunie.

Comme j’étais l’aînée, ma mère me demanda de surveiller les enfants, m’expliquant qu’elle voulait faire une petite promenade, seule à seul avec mon père. En maillot de bains, papa s’empara d’une couverture et suivit maman à vive allure.

Curieux accoutrements pour une randonnée dans la nature!

Obéissante, quoique soupçonnant une certaine anguille sous roche, j’occupai les enfants. Deux heures plus tard, mes parents rentraient, les yeux particulièrement brillants…

Une autre chose que leurs regards faussement angéliques attira mon attention.

Il y avait d’abord la tête échevelée de ma mère, ponctuée par-ci par-là de mèches vert mousse me rappelant, mais alors là pas du tout vaguement, la végétation du champ voisin. Puis, je remarquai le dos de mon père, littéralement bombardé de piqûres de maringouins.

Ces indices traçaient un portrait bien différent de celui que ma mère mettait de l’avant. Ils évoquaient plutôt une tête plongée dans un lit de mousse verdoyant. Et un dos offert en buffet appétissant à tout insecte venant.

La bonne humeur contagieuse de papa et maman me donna à espérer pour moi-même et mon futur compagnon une complicité amoureuse d’aussi harmonieux diapason. Encore aujourd’hui, le parfum de connivence que ce souvenir dégage me donne envie de boire une fois de plus à cette fontaine de jouvence.

Le couple en coquelicotsPeu importe l’autel sur lequel on voudrait tant l’immoler, l’amour conjugal demeure le plus exigeant et le plus enrichissant de toutes les amours incarnées.

Et s’il n’est pas à l’extérieur, ce couple vit à l’intérieur.

Vous le connaissez. Il s’appelle Miss Yin et Mister Yang…

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

2 Commentaires

Classé dans Le bog des contraires

Une poutre dans mon angle mort

Voiture en mouvementDans sa parabole de la paille et de la poutre, Jésus-Christ dit de regarder nos travers avant de reprocher au voisin ses poussières. J’en vins à cette évidente conclusion, le jour où apparut soudain une poutre de béton dans l’angle mort de mon champ de vision.

Puisse mon aventure vous éviter quelques égratignures…

L’incident se passa dans le stationnement intérieur de la résidence pour retraités où habitait mon amie octogénaire. Depuis trois ans, chaque vendredi, je soupais à la cafétéria avec Madie.

Sachez qu’un mois plus tôt, en stationnant ma voiture près de la sienne, j’eus toute une surprise. Le côté droit de son antique Volvo style paquebot était éraflé au grand complet.

Mon sens civique mit sur-le-champ ses facultés en doute. Était-elle devenue un danger public? Fallait-il lui retirer son permis de conduire? Magnanime, je décidai de fermer les yeux sur sa médiocre performance, tout en m’autoproclamant as du volant.

Vroum! Vroum! Et nous voici arrivés à mon rendez-vous avec l’humilité.

Ce jour-là, je roulais, insouciante, vers mon aire de stationnement habituel, lorsque l’espace parut se contracter alors que j’amorçais un virage pour m’immobiliser le long d’une poutre de béton. Brusquement, un horriblement long S-C-R-O-U-N-C-H-E métallique me surprit en pleine manœuvre.

La complainte me sembla lointaine… jusqu’au moment où elle se jumela à une résistance dans mon élan. Quoi? D’instinct, j’enfonçai le frein. Le bruit se tut. Tournant la tête, je vis la poutre en gros plan. Non!!!!! Ce n’est pas vrai!!!!

En un éclair, je constatais les dégâts. Une géante rayure gris béton s’étirait du pare-chocs avant jusqu’à la poignée. Mais le pire restait à venir.

La façon dont la poutre renfonçait le côté n’offrait qu’une solution pour sauver l’aile arrière… et ce n’était pas celle de reculer! Résignée, je pris une bonne respiration et je démarrai en ignorant les protestations de mon cœur.

Lentement, j’avançai dans un concert de métal torturé.

Une fois dégagée, je contemplai l’ampleur de ma déconfiture. Doucement, une certitude s’installa en moi. J’avais désormais la preuve que je n’étais pas mieux que mon amie. Trois minutes plus tard, je lui racontais tout.

Madie s’empressa de me rassurer et me dit en riant : Je t’invite au restaurant!

Rétroviseur amour

Maintenant, quand je juge quelqu’un, je me demande où je fais pareil. Même si la forme est parfois semblable, souvent différente, je me rappelle surtout qu’elle est plus près de moi qu’elle n’y paraît…

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

4 Commentaires

Classé dans Bogs insolites

Je me souviens

Lee Bogle_Je me souviensCette devise du Québec résume le souhait que nous portons tous en secret. Celui d’exister pour toujours dans la mémoire de nos amours. Aujourd’hui, je me souviens d’une amie d’enfance. Je me souviens de celle qui partagea mes premières prises de conscience. Elle vient d’accepter sa maladie : l’Alzheimer. Elle s’y adapte comme d’un handicap doux amer. Doux d’effacer ses doutes. Amer de disparaître goutte à goutte… Mais pas pour moi. Je me souviens de toi.

Je me rappelle cette fois où tu me dis te sentir inférieure à moi. Tu me confias : Dodo, moi, je ne suis qu’une simple fonctionnaire. Toi, tu possèdes un diplôme universitaire. La poitrine serrée, je m’empressai de te rassurer.

Que dis-tu là? Les études ne font pas de nous des gens intelligents. De bons perroquets, peut-être, mais pas des esprits indépendants. Toi, tu détiens un savoir qui ne s’enseigne nulle part. Tu as l’intelligence du cœur. Ce qui est très rare. Tu étudies à l’école de la vie. Celle qui cultive les vrais génies.

Ton sourire rayonnait d’un tel éclat. Il était plus brillant qu’un baccalauréat!

Pour comprendre ta situation, je me posai quelques questions. Par exemple, qu’est-ce que la mémoire? Est-ce de notre être l’unique reposoir? Est-ce de nos souvenirs le vulgaire dépotoir? Voyons voir.

Il y a la mémoire factuelle. Celle qui enregistre les faits tels qu’ils se produisent et répertorie les informations que nous collectionnons. Elle est objective.

Il y a la mémoire émotionnelle. Celle qui enregistre les émotions dont nous chargeons les faits et colorie nos perceptions. Elle est positive et négative.

L’une et l’autre composent nos souvenirs et nos projections.

Elles teintent le passé de désespoir et l’avenir d’espoir. Alors, qui est le héros de l’histoire? Une individualité qui se limite à des fichiers bien classés? Une entité qui se résume aux archives de sa réalité?

Hier, nous étions au restaurant. Bien sûr, ton regard perd de son pétillant. Oui, tu oublies des détails. Et puis? Je t’écoutais me parler de celle qui prend si bien soin de tes besoins. De tes enfants, petits et grands.

Lee Bogle_Stirring ThoughtsEt là, dans tes yeux un peu éteints, je vis danser une lueur. Éblouie, j’ouvris les bras de mon cœur pour accueillir ton amour et ta chaleur.

Tu vois, j’apprends encore de toi.

Il existe une mémoire inconnue de l’espace et du temps. C’est notre mémoire existentielle.

Elle se souvient de l’essentiel.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

3 Commentaires

Classé dans Expressions boguantes

À chacun sa boîte noire!

La boite noire coeur rougeVous connaissez ce dispositif qui enregistre les conversations dans la cabine de pilotage d’un avion. Eh bien, il désigne à merveille les personnes à qui je me confie depuis si longtemps. Comme ils sont précieux, ces sarcophages de discrétion qui entreposent mes secrets les plus profonds!

Et-vous? Avez-vous connu au moins une fois le bonheur de vous épancher sans pudeur à un cœur capable de vous accueillir au complet, dans votre beau et votre laid? J’espère que oui. Ou alors, dites-moi que ce sera bientôt fait!

Au risque de faire des jaloux, je vous avoue que j’ai eu le privilège de me confier en toute intimité plus de fois que j’ai de doigts…

Voilà d’ailleurs pourquoi je me fais une joie d’offrir à mon tour, à qui me fait confiance, un climat propice à la confidence. D’aussi loin que ma mémoire puisse me transporter, je me souviens d’avoir pu faire un bout de chemin en compagnie d’une âme complice.

Et quel est ce luxe sans prix que propose cette analogie?

Une écoute. Authentique et vraie. Une écoute qui me permet de me dire sans me censurer. Une oreille attentive qui crée un espace assez vaste pour que j’y place mes mots. Mes paragraphes. Une présence en forme de page blanche pour y écrire mes drames à l’encre de mes larmes.

Une écoute si tendre que son silence m’invite à m’entendre. Me démêler. Me comprendre.

Quelle soit une relation de longue date ou de récente ondée, j’en apprécie le confort et le réconfort. Chaque fois, je me sens bénie de pouvoir enlever masques, griffes et exigences en compagnie d’une personne qui me prend comme je suis.

Je vous vante les mérites de cette pratique, alors qu’elle est tout sauf pudique.

Car certains pourraient accuser ceux qui se confient de s’adonner au nudisme et ceux qui les écoutent de faire du voyeurisme. Un bon point, j’en conviens. Comme une allégorie en vaut une autre, je leur répondrais que la confidence nettoie l’esprit de façon aussi profitable qu’une douche sans imperméable.

Ne me demandez pas d’où me viennent ces liens que je fais avec les objets de mon quotidien, cette chimère repose désormais dans le tiroir aux mystères.

Quelle que soit la lourdeur des secrets que nous portons, elle diminue dès que nous les partageons. Puis, un jour, ils deviennent si petits que nous rions de les avoir tant grossis.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

4 Commentaires

Classé dans Bog détente

Dans ma boule de cristal…

John William Waterhouse_-The_crystal_ballSi chaque maman savait lire une boule de cristal, que de tourments elle pourrait s’épargner avec son adolescent! La texture de votre fibre parentale serait-elle aussi sensible que la mienne? Alors, vous connaissez déjà les formidables aptitudes de notre progéniture à soulever en nous mille inquiétudes. Et puisque vous et moi ignorons également comment lire dans la pensée, nous avons l’insigne honneur de nous faire du mouron… au carré!

Pour pallier cette difficulté, j’eus le bonheur de vivre une percée avec mon fils. C’était à la suite de ma séparation. Âgé de quinze ans à l’époque, Alexandre refusait catégoriquement de me visiter dans ma nouvelle maison.

Son désir tout à fait légitime me testait là où l’on aime sans condition.

Toujours est-il qu’un soir où les planètes avaient fini par s’entendre, mon fils accepta enfin de venir souper chez moi. Hélas! dès que je le vis dans le cadre de la porte, le gros nuage noir qui lui couvrait le regard se mit à pleuvoir sur ma joie de le revoir.

Je voulais tout savoir.

En détective consciencieux, il me fallait absolument connaître le détail de sa triste tête. Déployant une exemplaire discrétion, je lui demandai calmement ce qui ne tournait pas rond. Vigilant comme un chat dans sa cachette, il m’informa : Dominique, c’est mon intimité et je te demande la respecter.

Craignant de l’effaroucher, je montrai patte blanche. Je l’assurai que je le comprenais très bien. Qu’il avait droit à ses secrets et que sa vie ne me regardait pas. Puis, je me suis tue. Je n’entendais plus que ma tête se faire aller la moulinette à mélodrames.

Finalement, épuisée de faire semblant d’être détachée, je regardai mon fils droit dans les yeux et lui avouai : Alex, je veux respecter ton besoin d’intimité et, en même temps, je suis inquiète. J’ai beau me convaincre du contraire, j’ai besoin d’être rassurée.

Je poursuivis : Ton silence amplifie mes peurs. Je comprends que tu n’aies pas envie de tout me dire. Mais, je t’en prie, peux-tu m’aider à me calmer? Il y a sûrement un endroit entre nous deux où chacun peut être respecté.

Après un instant de réflexion, Alexandre admit que ma requête avait du bon. Il consentit à me donner juste assez d’informations pour dégager l’étau de fer qui m’étouffait le plexus solaire. Et m’amena ainsi à lui faire pleinement confiance. Et tout s’arrangea comme par magie!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 www.DominiqueAllaire.com  www.penseesDAmour.net

©2004-2014 Dominique Allaire  Tous droits réservés

3 Commentaires

Classé dans Boguettes magiques